lundi 31 août 2015

Deux piafs migrateurs au Championnat de France 2015

Cette année ce sont les Vosges qui ont accueilli le Championnat de France de Parapente. Et comme ça leurs faisait apparemment très plaisir, le moins que l'on puisse dire, c'est qu'ils ont fait les choses en grand. Nous avons été accueillis en sportifs de haut niveau avec cadeaux de bienvenue, espace détente, espace massage, tireuse à bière...etc


La cérémonie d'ouverture du championnat.


Samedi 22 août:
La journée est dédiée aux inscriptions et à l'entraînement permettant à certains de découvrir le massif. La journée est belle, on fait de beaux vols.
Le soir, cérémonie d'ouverture et son buffet démesuré...


Dimanche 23 août:
Du vent est annoncé et comme la journée de lundi semble définitivement compromise par la pluie, l'organisation tente le tout pour le tout en lançant une manche très tôt le matin avant que ça ne forcisse trop. Le rendez-vous au petit déjeuner est donc fixé à 7h pour une montée au décollage à 8h !

Briefing aux aurores...

Une manche est lancée mais elle sera rapidement stoppée en l'air avant même que le start ne soit atteint après que plusieurs niveaux 3 aient été annoncés à cause du vent. Consigne est donnée aux pilotes de se poser au décollage car fort et turbulent à l'atterrissage.
Vidéo d'ambiance par Philippe Broers: Manche 1

Lundi 24 août:
De la pluie comme prévu mais l'organisation met en place des navettes pour parcourir la route des vins avec des chauffeurs sensés restés sobres...

Arrêt cave sur la route des vins.

la petite Venise de Colmar.

Kaysersberg, village natal du Docteur Schweitzer.



Mardi 25 août:
Les conditions sont redevenues volables. La première vraie manche du championnat peut avoir lieu.

La manche du jour. Officiellement la seconde du championnat.

La "meute" pendant le briefing.

La même en l'air. J'y vais, j'y vais pas...

En allant vers la troisième balise, Sarah se fait attraper par un venturi au Rothen. Elle posera sur les crêtes avec quelques autres pilotes volant pourtant avec des ailes bien plus rapides. J'évite le piège de justesse avec mon deuxième barreau et arrive à passer au-dessus. Par contre un peu optimiste, je pars vent de cul à finesse 10,5 du goal et poserai à 4 km du but.
Le soir, dîner-concert organisé dans la ferme auberge juste en-dessous du décollage du Treh.

Repas marcaire en ferme auberge.

Mercredi 26 août:
Pour cette nouvelle manche, le directeur d'épreuve nous envoie poser à St-Dié des Vosges, berceau du club organisateur.

Manche du jour.

TF1 était là pour son 13h:
http://lci.tf1.fr/jt-13h/videos/2015/championnat-de-france-de-parapente-dans-les-vosges-8649007.html

En l'air avec Sarah et quelques autres, on se fait rattraper par un voile de cirrus qui nous bloquera plus de 50 min dans un trou au fond de la vallée de la Thur. La course aux points est finie pour nous mais il nous reste le goal comme objectif. Sarah n'y croyant plus, finit par lâcher l'affaire. Dommage car peu de temps après on arrive à s'en sortir et la suite s'avère bien plus facile et le paysage est magnifique. Ne voulant pas reproduire l'erreur de la veille, j'attends cette fois-ci de passer sous les 10 de finesse pour rentrer au goal. Les jours se suivent et ne se ressemblent pas, j'arrive beaucoup trop haut avec plus de 600 m de gaz qu'il faudra perdre. Mais c'est bon de poser au but !
Pour se détendre après l'effort, on fait un passage au salon de massage installé au PC course.
Le soir, couscous-concert au Wagga Bar.

Jeudi 27 août:
Le vent est revenu et ne permet pas de voler. Mais nous ne sommes pas désœuvrés pour autant puisque Bol d'air, l'un des sponsors de la compétition, nous accueille en VIP dans son parc multi-activité où nous passons la journée entre l'accrobranche, le fantasticable et le big air.

Sarah prête à foncer à plus de 100km/h à travers les sapins.


video
Sarah sur le parcours super noir et Tam en chute libre.

En fin d'après-midi nous assistons à une conférence sur les tissus de parapente Porcher et une autre sur les facteurs liés au vol de performance par Maxime Bellemin.
En début de soirée avec les dernières prévisions météo, le couperet tombe: Il n'y aura pas de manche le lendemain pour cause de vent trop soutenu. Le championnat est donc arrêté dès jeudi soir et la cérémonie de remise des prix a lieu dans la foulée. Le Champion de France 2015 est Charles Cazaux qui détenait déjà le titre en 2014 et qui était aussi accessoirement Champion du Monde en 2011. Chez les filles, c'est Laurie Genovese qui gagne:
http://championnat-parapente.com/laurie-genovese-et-charles-cazaux-le-sacre/
Sarah fait 7ème sur 9 chez les filles et Tam 94ème sur 125 au général. Ce n'est pas spécialement brillant mais ce n'est déjà pas si mal pour une première participation et compte-tenu du niveau très élevé de la compétition.

Vendredi 28:
Malgré l'arrêt des manches et le départ de nombreux compétiteurs, la cérémonie de clôture est maintenue comme prévu vendredi soir. Au programme: Choucroute !
On reste pour la cérémonie et la choucroute avec quelques autres pilotes et on s'organise ensemble pour un vol plaisir mais néanmoins ambitieux samedi.

Côté sécurité, pas de blessé à déplorer sur la semaine mais quand même 2 secours, 3 branchages et une collision en seulement 2 manches... Je pense que le prestige de l'événement a probablement incité certains pilotes à réduire de façon extrême leurs marges habituelles ce qui expliquerait ce taux important d'incidents. Au décollage, le niveau de testostérone était tellement élevé à chaque ouverture de fenêtre que l'on peut sans se tromper, qualifier la première minute des décollages de grand n'importe quoi ! Mais une minute à attendre à 30 min du start, c'est très faisable :-)

Au final, nous aurons passé une très bonne semaine malgré (ou grâce à) seulement 2 jours vraiment volables sur 6. Ce championnat de France a été une vraie belle fête et on en a bien profité. L'envie d'y retourner l'année prochaine nous motivera durant la saison pour aller chercher les points nécessaires pour être sélectionnés.

dimanche 21 juin 2015

La Fête du sport 2015

Le Samedi 30 Mai s'est déroulé à Villebon-sur-Yvette la traditionnelle  "Fête du sport". Comme par les années passées notre club  y a activement participé, proposant aux  jeunes enfants et aux moins jeunes (on en à vu de 30 ans et plus) de construire des micro planeurs et de les faire voler en utilisant un de nos principes préférés "l'ascendance dynamique".
Un "petit" groupe de participants, s'est donné rendez-vous à 10h00 pour la mise en place du stand.
En moins d'une demi-heure , l'atelier de tamponnage, de découpe, de pliage, d'équilibrage d'aile étaient opérationnels. Après un briefing complet sur la réalisation des ailes et le principe de vol, tous les participants étaient prêts pour le grand rush de 14H00 .
Le Club Des AS en charge de l'organisation générale avait préparé des paniers repas pour tous les participants, et une fois les ventres repus, ne restait plus qu'a patienter. Sophie en a alors profité pour "partir en cross". Elle a frisé la déclaration CFD ! Le grand Benoit, ayant découvert par hasard le décroché sur l'aile, s'est lancé dans l'accro...bien entendu !
D'autres migrateurs, qui malgré leur nom restent fidèle au nid, nous ont alors rejoint en nombre. Ce qui nous a permis de faire face aux pics de production. 120/130 planeurs sont sortis de la "chaîne de prod" . 
L'accueil des enfants à duré 3h00  chacun tenant un poste et prêtant main forte au voisin au besoin. Certains se sont littéralement révélés ( futur titulaires en titre) faut bien recruter. Sophie à l'accueil dépose la fameuse pastille sur le livret d'activités, sourire. Gilles le  "grand Mage de l'équilibrage" faisant appel à son pouvoir pour déterminer quelle quantité de métal sectionner pour assurer des finesses de compétition. Yves et Benoit en vrais pédagogues ont officié "à la radio" pour guider les premiers vols encore balbutiants des pilotes en herbe. 


En résumé : Nous avons passé un très bon moment grâce à la  participation actives et la bonne humeur de tous. Merci à Sophie R, Laurence R, Gilles M, Yves M, Benoit M, Laurent D, Emmanuel D, Eric P, Renaud J.

jeudi 9 octobre 2014

Soirée "noeuds"

A la réunion club d'octobre, nous avons travaillé 2 nœuds utiles pour ne pas dire essentiels au libériste. Ce sont le nœud de chaise pour l'auto-assurage quand c'est nécessaire... et le nœud de cabestan avec arrêt double pour l'accroche et le réglage des poignées de frein et de l'accélérateur.


Le nœud de chaise avec arrêt double

Le nœud de chaise est le nœud polyvalent par excellence. Si on ne devait en retenir qu'un seul, ça serait probablement celui-ci.
Ses qualités sont:
- Résistant
- Rapide à faire
- Facile à défaire même après avoir été mis sous tension
Son principal défaut est lié à sa qualité "facile à défaire". En effet, si sous tension il est très solide, hors tension il a tendance à se desserrer doucement. Si on alterne les périodes sous-tension et hors-tension, le brin libre fini par se rétracter et le nœud se défait. De ce fait, lorsqu'il est vital que cela n'arrive pas, il faut le terminer par un nœud d'arrêt simple ou double.

Le nœud de cabestan avec arrêt double

On trouve quasiment autant de façons d'accrocher ses poignées de freins que de pilotes, et si ça pose rarement des problèmes, il vaut mieux quand même savoir ce que l'on fait. Parmi toutes les manières de le faire, celle proposée ici a l'avantage d'avoir été éprouvée et d'être facile à régler que ce soit pour les freins ou l'accélérateur. Par exemple, si vous devez enlever votre poignée de frein pour une raison ou une autre, faites une marque en-dessous du nœud d'arrêt. Au moment de remonter la poignée, il suffit de refaire le nœud d'arrêt juste au-dessus de la marque et ensuite de le faire doucement coulisser vers la poignée pour retrouver le réglage original. Pour un ajustement, 1 cm au dessus de la marque et la commande sera 1 cm plus longue et vice-versa. Idem pour l'accélérateur.


Les travaux pratiques...

mercredi 23 juillet 2014

Parapente et autostop

Si vous avez une sale gueule et que vous en avez assez de sécher au bord de la route après votre fléchette vent de cul, ce post est fait pour vous ! :-)
L'idée n'est pas nouvelle mais je crois que la mise en œuvre que nous avons adoptée est intéressante.
Il s'agit d'emporter avec soi une pancarte permettant d'attirer l'attention des automobilistes et surtout de se différencier du vagabond de base lors du retour en autostop.

Le besoin:
Il faut à la fois que la pancarte soit suffisamment grande pour être visible de loin mais aussi qu'elle reste compacte et légère pour rester au fond de la sellette tout au long de la saison.

Première étape: Le support
Nous avons donc pensé aux pares-soleil flexibles que l'on trouve au rayon auto de n'importe quelle  grande surface pour moins de 3 euros la paire.
 
Le pare-soleil. On utilisera plutôt l'autre face qui est noire.

Deuxième étape: Définir le contenu
On a fait au plus simple mais tout est possible. On peut même imaginer une deuxième face pour les situations désespérées genre "Pitié" :-)
 
Le artwork sous Inkscape. Notez la police de type "Stencil".
 
Troisième étape: Les travaux pratiques
Il faut imprimer le tout à la bonne dimension et découper le pochoir.
 
Le pochoir.
Un peu de peinture en bombe en 5 ou 6 couches. Après quelques heures de séchage, voilà le résultat:

 
Dernière étape: Validation sur le terrain
Ça pèse 37 grammes. Plié ça tient dans la poche et surtout, ça marche !
Il y a même des gens qui ne peuvent pas nous prendre et qui s'arrêtent quand même juste pour causer.

Moi perso, je m'arrête :-)

mercredi 26 juin 2013

Séjour Cross du 7 au 14 Juin 2013



Les Migrateurs en Pèlerinage


Les Migrateurs ont beaucoup péché.

Jalousie Avarice Luxure (un peu) Orgueil Goinfrerie et surtout Ivrognerie.

Les échos de leurs turpitudes sont parvenus jusqu'au ciel. Qu'un Migrateur envisage de voler, et les habitants céleste déversent  sur la tête du pécheur des trombes d'eau, de grêle et de neige. (Cf compte rendu précédent). 

Les Migrateurs ont beaucoup à se faire pardonner.

Il n'était que temps qu'un groupe de Migrateurs Pénitents, pieux parmi les pieux, justes parmi les justes (Catherine H, Pierre Sc, Rémi C, Thierry DNG, Christine N, Françoise LRQ, Dr Michel R, Eric LB, Didier D, Stéphane L JV, Jean Baptiste M, Yves M, )  prennent l'initiative d'un pardon solennel et appellent à un pèlerinage  afin de solliciter la clémence des Saints


St Hilaire (du Touvet)

St Jean (Monclar)

St Vincent (les forts)

St André (les Alpes)
Nous avions décidé de  commencer par aller implorer St Hilaire. Le Saint envoya son messager au devant de nous sous la forme d'un pauvre hère que nous prîmes en stop (Clochard aviné serait une description plus exacte du personnage; en tout cas, il en avait l'odeur). 
Le Saint vit cela. Et cela lui plût. Il agréa nos prières.   
Oh, ce n'était rien qu'un pâle rayon de soleil, mais c'était le signe attendu:  la pluie avait cessé et cela permis à certains de faire un concours de finesse et à d'autres un concours de précision d'atterrissage.

Si St Hilaire fut clément et miséricordieux, St Vincent(Patron des vignerons) fut irascible. C'est sous des trombes d'eau qu'il nous accueillît. Mais qu'avons nous fait à St Vincent pour susciter telle ire? Nous l'honorons à chaque repas (avec modération) et chantons ses louanges.
Nous passâmes la journée en prières, nous nous flagellâmes, nous jouâmes au tarot, nous nous mortifiâmes; nous regardâmes TF1 (la météo seulement, faut pas déconner) et nous parlâmes toute la journée au passé simple.
Heureusement S t Jean, ému par notre repentance sincère, intercéda auprès de St Vincent et sût trouver les mots pour calmer son courroux (on suppose que ça s'est passé comme ça).
Résultat: Le soleil, d'abord timide se fraye un passage entre les nuages. Puis il s'enhardit, et soudainement, la nimbe se désagrège, et la voute céleste n'est plus que bleu parsemée de cumulus humilis et aussi de cumulus mediocris.
La convection démarre, et en voiture Simone, c'est parti pour le cross.  On a eu 5 jours de bonnes conditions qui nous ont permis de monter, à partir de St Vincent les forts ou du plateau de St Jean Monclar (arrivée du télésiège) jusqu'au fort de Dormillouse, de cheminer le long des crêtes, certains jusqu'à l'Estrop, de revenir, de transiter jusqu'au Morgon, de revenir, bref de se faire plaisir avec des plafonds à plus de 3000m.

Et puis, il y eut St André. Ce fumier là, je le retiens. Je sais pas ce qu'il a subi pendant son existence terrestre, s'il a été bouffé par les lions ou bien empalé par les Turcs, mais c'est le plus faux derche de tous les Saints. Mine de rien, il nous octroie un beau ciel avec un déco bien alimenté. Très bien alimenté même. Dr Michel R implore Sainte Rita (patronne des causes désespérées) pour le décollage. Et chacun de voler peinard, d'enrouler, de baguenauder sur les crêtes, de transiter vers le Cheval blanc, de revenir.
C'est à l'atterrissage que le Saint sournois a pointé son doigt vers nous et a lancé des éclairs. Yves M (péroné) et Françoise LRQ (vertèbre)  ont été les victimes de la duplicité du Saint. Dr Michel R, sous la protection de Sainte Rita a eu plus de peur que de mal, mais il a eu mal quand même.

Bilan  mitigé pour ce pèlerinage, de bonnes conditions, de beaux vols, mais retour amer pour certains. On a réussi à convaincre 3 Saints sur 4, que les Migrateurs ne sont pas qu'une bande d'ivrognes mécréants, mais qu'il est parmi eux, des gens pieux et qui n'hésitent pas à payer dans leur chair pour pouvoir côtoyer les Anges.
 Ainsi soit il. 

Quelques images pieuses  https://www.dropbox.com/sh/1iepwramieg3q0o/EoKNhY22KC
 

jeudi 6 juin 2013

Stage cross à St Hilaire du 20 au 24 mai 2013. Le CR




 
Nous partimes 9 Migrateurs (Catherine H, Christine N, Franck C, Michel R, Pierre G, Nadir A, Alain RB, Philippe G, Yves M), mais par un prompt renfort de 3 AdS (Guy Buisson, Julien Burnod, Adrien Bras) nous nous vîmes 12 stagiaires en arrivant au port.
Le port, c'est St Hilaire du Touvet, son église, son bar tabac PMU, son gite communal, son école de parapente, son déco nord, son déco  sud, et les 12 stagiaires étaient bien décidés à en découdre avec les thermiques. Le cahier des charge pour le stage est assez simple: Des cross à 3 chiffres; pas moins. Après tout, on a payé.
On était tous gonflé à bloc; on s'était donné rendez vous le vendredi soir précédant le stage. On en voulait; à nous les kilomètres.
Et puis la météo... la pluie
On était quand même gonflé à bloc; on s'est donné rendez vous samedi. On en veut!
...Et puis on s'est donné rendez vous dimanche; Et ce coup ci, c'est la bonne. Tous à St hil!!
Et nous voici tous réunis autour d'un somptueux bœuf bourguignon préparé par Christine qu'on arrose copieusement de Volnay 2005(si je ne m'abuse). Le ventre plein, l'esprit serein, nous montons nous coucher des étoiles plein les yeux en pensant à ce qui nous attend le lendemain.
Et puis le lendemain, la météo... a permis à certains de réchauffer le bourguignon pour le déjeuner, les autres se contentant d'un sandwich. L'après midi, randonnée en montagne pour les plus courageux, pour les autres,  petite balladounette dans un environnement grandiose et sauvage.  Et puis il faut s’atteler à la préparation du dîner, après un apéro où nous faisons honneur à des kirs à la mûre et à la châtaigne. Franck nous régale de sa recette de poulet avec une sauce à  la crème et aux champignons. Bravo Franck. Nous avons accompagné cela d'un prestigieux Pommard 98 (enfin je crois). 
Mardi, Yves arrose sa nouvelle aile avec une bouteille de Jameson 12 ans d'age, un excellent whiskey irlandais. Des kirs pour les petites natures. On enchaine sur une tartiflette copieuse préparée collégialement, accompagnée d'un vin de pays, un Montmellian rouge (cépage Mondeuse).
Mercredi, Julien, le plus sportif, tente de nous entraîner dans une via ferrata (sous la pluie), mais difficile de faire bouger le 3eme âge. On préfère la visite de Chambéry. On passe chez des contacts à Rémi Zabiolle pour acheter 4 caisses d'Apremont (tombées du camion). On en apprend des belles, sur les loups, les vautours, les moutons et les bergers. On rentre. Apéro bien mérité. Au diner, noix de St Jacques au curry accompagnées d'un blanc d'Arbois (cépage Savagnin).
Jeudi. Michel nous prépare son fameux ti-punch pour un apéro enflammé. Chansons gauloises et blagues salaces. Ce qui nous amène au repas.  Au menu : Poulet rôti pommes de terre. simple et de bon aloi. Un petit rouge léger là dessus.
Vendredi il ne pleut plus. Il neige. On rentre

PS. Malgré tout, on a fait un peu de parapente. Des fois sous la pluie, des fois sous la grèle et même une fois sous le soleil, ce jour là, on s'est fait sérieusement tabassé. Bilan : entre 3 et 5 vols par personne pour 5 jours. ( http://www.youtube.com/watch?v=OvzXvIpO1Mw&feature=em-upload_owner ) On garde quand même un bon souvenir de ces quelques jours passés dans une très bonne entente, avec des moniteurs sympathiques et compétents, qui n'ont pas ménagé leurs efforts pour trouver des solutions à cette météo pourrie. Mais c'était sans espoir. On est maudit.
PS2 : on a tout de même refait le monde autour du Ti-Punch : la nocivité des ondes Wifi (Une rumeur ?), l'écroulement des Twin-Towers par de la dynamite placée avant les attentats et aussi la révision du Théorique du Brevet confirmé.
Il a tellement plu qu'un migrateur a eu l'idée de faire sécher son aile sous le déco delta


lundi 27 mai 2013

Dimanche 26 mai 2013 aux 2 Amants

Le printemps a fait mine de se montrer ce dimanche 26 mai. Pour en profiter, nous sommes partis à 8 piafs migrateurs en direction de la Normandie avec une première escale aux 2 amants. Arrivés à 11h, le vent météo est encore très Ouest mais a promis de se redresser. Charly et Nadir font un premier plouf avant de poursuivre leur route en compagnie de Dom et Eric vers Octeville. Sarah, Robert, Didier et moi restons sur place et attendons l'établissement des conditions en cassant la croûte. ça se met en place un peu avant 13h et nous nous mettons en l'air. Le début du vol est très cyclique et les thermiques sont étroits mais ça s'améliore rapidement. Après un peu de yoyo, on prend 1000 m et on se laisse décaler dans une petite grappe en suivant la Seine. Assez rapidement la grappe s'étiole et on ne se retrouve plus que tous les 3. On longe la Seine en traversant ses méandres jusqu'à Vernon, ensuite craignant l'affaissement du plafond par les TMA 5 et 4 de Paris, on bifurque vers le sud. On se posera finalement en tir groupé à la Heunière après un vol d'un peu moins de 2 heures et 3x33 km à déclarer en vol de groupe de club:
http://parapente.ffvl.fr/cfd/liste/2012/vol/20128663

Tir groupé. Doudou fait des photos à présent !

On mettra presque 3h à revenir en stop et aux dires de ceux qui sont restés sur site, les conditions étaient assez fortes et turbulentes dans l'après-midi. Pris par leurs obligations, Didier et Robert rentrent. Sarah et moi revolons jusqu'à 20h dans des conditions devenant de plus en plus sympathiques.

Pour crosser aux 2 amants un minimum de préparation s'impose tant l'espace est encombré.

 Espaces aériens autour des 2 amants.
 
Tout d'abord, il faut savoir que l'on décolle dans la CTR de Rouen en classe D. Seul un protocole d'accord local nous permet d'y voler encore. Il y a comme consigne d'appeler la tour si on est les premiers sur le site.
Le numéro de la tour : 02 35 80 53 19
S'il y a déjà du monde en l'air, on peut s'assurer que la demande a été faite en consultant le répondeur de l'ATIS au 02 35 80 80 34 pour vérifier que l'activité parapente est bien signalée dans le bulletin.
De plus, dès que l'on se laisse un peu décaler en arrière, très vite on rentre dans la TMA1 d'Evreux dont le plancher est à 450m. Elle est sous contrôle militaire de la base aérienne 105 et est généralement inactive le we mais il faut s'en assurer.
Standard de la base : 02 32 62 11 05 ou directement le controle approche : 02 32 62 11 65


 Notre trace de ce dimanche.


La même avec les espaces sauf celui d'Evreux1 pour plus de lisibilité.

Sur le dernier cliché, on constate bien que le site est en plein dans la CTR de Rouen et qu'on est quoiqu'il en soit, plafonné par les 1980m de la TMA7 de Paris (classe A). Au fond, on voit la descente du plafond par la TMA5 qui sera rapidement suivie de la 4, puis la 3, puis la 2.

Plus d'infos sur le site d'Eur'enciel : http://eurenciel.pagesperso-orange.fr/P322.html
et de Viking Vol Libre : http://vikingvollibre.free.fr/reglementevreux.htm
Pour consulter les cartes aéro, passer par le site fédéral :
http://parapente.ffvl.fr/cfd/preparer-votre-futur-vol
ou directement ici : http://carte.f-aero.fr/