mercredi 26 juin 2013

Séjour Cross du 7 au 14 Juin 2013



Les Migrateurs en Pèlerinage


Les Migrateurs ont beaucoup péché.

Jalousie Avarice Luxure (un peu) Orgueil Goinfrerie et surtout Ivrognerie.

Les échos de leurs turpitudes sont parvenus jusqu'au ciel. Qu'un Migrateur envisage de voler, et les habitants céleste déversent  sur la tête du pécheur des trombes d'eau, de grêle et de neige. (Cf compte rendu précédent). 

Les Migrateurs ont beaucoup à se faire pardonner.

Il n'était que temps qu'un groupe de Migrateurs Pénitents, pieux parmi les pieux, justes parmi les justes (Catherine H, Pierre Sc, Rémi C, Thierry DNG, Christine N, Françoise LRQ, Dr Michel R, Eric LB, Didier D, Stéphane L JV, Jean Baptiste M, Yves M, )  prennent l'initiative d'un pardon solennel et appellent à un pèlerinage  afin de solliciter la clémence des Saints


St Hilaire (du Touvet)

St Jean (Monclar)

St Vincent (les forts)

St André (les Alpes)
Nous avions décidé de  commencer par aller implorer St Hilaire. Le Saint envoya son messager au devant de nous sous la forme d'un pauvre hère que nous prîmes en stop (Clochard aviné serait une description plus exacte du personnage; en tout cas, il en avait l'odeur). 
Le Saint vit cela. Et cela lui plût. Il agréa nos prières.   
Oh, ce n'était rien qu'un pâle rayon de soleil, mais c'était le signe attendu:  la pluie avait cessé et cela permis à certains de faire un concours de finesse et à d'autres un concours de précision d'atterrissage.

Si St Hilaire fut clément et miséricordieux, St Vincent(Patron des vignerons) fut irascible. C'est sous des trombes d'eau qu'il nous accueillît. Mais qu'avons nous fait à St Vincent pour susciter telle ire? Nous l'honorons à chaque repas (avec modération) et chantons ses louanges.
Nous passâmes la journée en prières, nous nous flagellâmes, nous jouâmes au tarot, nous nous mortifiâmes; nous regardâmes TF1 (la météo seulement, faut pas déconner) et nous parlâmes toute la journée au passé simple.
Heureusement S t Jean, ému par notre repentance sincère, intercéda auprès de St Vincent et sût trouver les mots pour calmer son courroux (on suppose que ça s'est passé comme ça).
Résultat: Le soleil, d'abord timide se fraye un passage entre les nuages. Puis il s'enhardit, et soudainement, la nimbe se désagrège, et la voute céleste n'est plus que bleu parsemée de cumulus humilis et aussi de cumulus mediocris.
La convection démarre, et en voiture Simone, c'est parti pour le cross.  On a eu 5 jours de bonnes conditions qui nous ont permis de monter, à partir de St Vincent les forts ou du plateau de St Jean Monclar (arrivée du télésiège) jusqu'au fort de Dormillouse, de cheminer le long des crêtes, certains jusqu'à l'Estrop, de revenir, de transiter jusqu'au Morgon, de revenir, bref de se faire plaisir avec des plafonds à plus de 3000m.

Et puis, il y eut St André. Ce fumier là, je le retiens. Je sais pas ce qu'il a subi pendant son existence terrestre, s'il a été bouffé par les lions ou bien empalé par les Turcs, mais c'est le plus faux derche de tous les Saints. Mine de rien, il nous octroie un beau ciel avec un déco bien alimenté. Très bien alimenté même. Dr Michel R implore Sainte Rita (patronne des causes désespérées) pour le décollage. Et chacun de voler peinard, d'enrouler, de baguenauder sur les crêtes, de transiter vers le Cheval blanc, de revenir.
C'est à l'atterrissage que le Saint sournois a pointé son doigt vers nous et a lancé des éclairs. Yves M (péroné) et Françoise LRQ (vertèbre)  ont été les victimes de la duplicité du Saint. Dr Michel R, sous la protection de Sainte Rita a eu plus de peur que de mal, mais il a eu mal quand même.

Bilan  mitigé pour ce pèlerinage, de bonnes conditions, de beaux vols, mais retour amer pour certains. On a réussi à convaincre 3 Saints sur 4, que les Migrateurs ne sont pas qu'une bande d'ivrognes mécréants, mais qu'il est parmi eux, des gens pieux et qui n'hésitent pas à payer dans leur chair pour pouvoir côtoyer les Anges.
 Ainsi soit il. 

Quelques images pieuses  https://www.dropbox.com/sh/1iepwramieg3q0o/EoKNhY22KC
 

jeudi 6 juin 2013

Stage cross à St Hilaire du 20 au 24 mai 2013. Le CR




 
Nous partimes 9 Migrateurs (Catherine H, Christine N, Franck C, Michel R, Pierre G, Nadir A, Alain RB, Philippe G, Yves M), mais par un prompt renfort de 3 AdS (Guy Buisson, Julien Burnod, Adrien Bras) nous nous vîmes 12 stagiaires en arrivant au port.
Le port, c'est St Hilaire du Touvet, son église, son bar tabac PMU, son gite communal, son école de parapente, son déco nord, son déco  sud, et les 12 stagiaires étaient bien décidés à en découdre avec les thermiques. Le cahier des charge pour le stage est assez simple: Des cross à 3 chiffres; pas moins. Après tout, on a payé.
On était tous gonflé à bloc; on s'était donné rendez vous le vendredi soir précédant le stage. On en voulait; à nous les kilomètres.
Et puis la météo... la pluie
On était quand même gonflé à bloc; on s'est donné rendez vous samedi. On en veut!
...Et puis on s'est donné rendez vous dimanche; Et ce coup ci, c'est la bonne. Tous à St hil!!
Et nous voici tous réunis autour d'un somptueux bœuf bourguignon préparé par Christine qu'on arrose copieusement de Volnay 2005(si je ne m'abuse). Le ventre plein, l'esprit serein, nous montons nous coucher des étoiles plein les yeux en pensant à ce qui nous attend le lendemain.
Et puis le lendemain, la météo... a permis à certains de réchauffer le bourguignon pour le déjeuner, les autres se contentant d'un sandwich. L'après midi, randonnée en montagne pour les plus courageux, pour les autres,  petite balladounette dans un environnement grandiose et sauvage.  Et puis il faut s’atteler à la préparation du dîner, après un apéro où nous faisons honneur à des kirs à la mûre et à la châtaigne. Franck nous régale de sa recette de poulet avec une sauce à  la crème et aux champignons. Bravo Franck. Nous avons accompagné cela d'un prestigieux Pommard 98 (enfin je crois). 
Mardi, Yves arrose sa nouvelle aile avec une bouteille de Jameson 12 ans d'age, un excellent whiskey irlandais. Des kirs pour les petites natures. On enchaine sur une tartiflette copieuse préparée collégialement, accompagnée d'un vin de pays, un Montmellian rouge (cépage Mondeuse).
Mercredi, Julien, le plus sportif, tente de nous entraîner dans une via ferrata (sous la pluie), mais difficile de faire bouger le 3eme âge. On préfère la visite de Chambéry. On passe chez des contacts à Rémi Zabiolle pour acheter 4 caisses d'Apremont (tombées du camion). On en apprend des belles, sur les loups, les vautours, les moutons et les bergers. On rentre. Apéro bien mérité. Au diner, noix de St Jacques au curry accompagnées d'un blanc d'Arbois (cépage Savagnin).
Jeudi. Michel nous prépare son fameux ti-punch pour un apéro enflammé. Chansons gauloises et blagues salaces. Ce qui nous amène au repas.  Au menu : Poulet rôti pommes de terre. simple et de bon aloi. Un petit rouge léger là dessus.
Vendredi il ne pleut plus. Il neige. On rentre

PS. Malgré tout, on a fait un peu de parapente. Des fois sous la pluie, des fois sous la grèle et même une fois sous le soleil, ce jour là, on s'est fait sérieusement tabassé. Bilan : entre 3 et 5 vols par personne pour 5 jours. ( http://www.youtube.com/watch?v=OvzXvIpO1Mw&feature=em-upload_owner ) On garde quand même un bon souvenir de ces quelques jours passés dans une très bonne entente, avec des moniteurs sympathiques et compétents, qui n'ont pas ménagé leurs efforts pour trouver des solutions à cette météo pourrie. Mais c'était sans espoir. On est maudit.
PS2 : on a tout de même refait le monde autour du Ti-Punch : la nocivité des ondes Wifi (Une rumeur ?), l'écroulement des Twin-Towers par de la dynamite placée avant les attentats et aussi la révision du Théorique du Brevet confirmé.
Il a tellement plu qu'un migrateur a eu l'idée de faire sécher son aile sous le déco delta


lundi 27 mai 2013

Dimanche 26 mai 2013 aux 2 Amants

Le printemps a fait mine de se montrer ce dimanche 26 mai. Pour en profiter, nous sommes partis à 8 piafs migrateurs en direction de la Normandie avec une première escale aux 2 amants. Arrivés à 11h, le vent météo est encore très Ouest mais a promis de se redresser. Charly et Nadir font un premier plouf avant de poursuivre leur route en compagnie de Dom et Eric vers Octeville. Sarah, Robert, Didier et moi restons sur place et attendons l'établissement des conditions en cassant la croûte. ça se met en place un peu avant 13h et nous nous mettons en l'air. Le début du vol est très cyclique et les thermiques sont étroits mais ça s'améliore rapidement. Après un peu de yoyo, on prend 1000 m et on se laisse décaler dans une petite grappe en suivant la Seine. Assez rapidement la grappe s'étiole et on ne se retrouve plus que tous les 3. On longe la Seine en traversant ses méandres jusqu'à Vernon, ensuite craignant l'affaissement du plafond par les TMA 5 et 4 de Paris, on bifurque vers le sud. On se posera finalement en tir groupé à la Heunière après un vol d'un peu moins de 2 heures et 3x33 km à déclarer en vol de groupe de club:
http://parapente.ffvl.fr/cfd/liste/2012/vol/20128663

Tir groupé. Doudou fait des photos à présent !

On mettra presque 3h à revenir en stop et aux dires de ceux qui sont restés sur site, les conditions étaient assez fortes et turbulentes dans l'après-midi. Pris par leurs obligations, Didier et Robert rentrent. Sarah et moi revolons jusqu'à 20h dans des conditions devenant de plus en plus sympathiques.

Pour crosser aux 2 amants un minimum de préparation s'impose tant l'espace est encombré.

 Espaces aériens autour des 2 amants.
 
Tout d'abord, il faut savoir que l'on décolle dans la CTR de Rouen en classe D. Seul un protocole d'accord local nous permet d'y voler encore. Il y a comme consigne d'appeler la tour si on est les premiers sur le site.
Le numéro de la tour : 02 35 80 53 19
S'il y a déjà du monde en l'air, on peut s'assurer que la demande a été faite en consultant le répondeur de l'ATIS au 02 35 80 80 34 pour vérifier que l'activité parapente est bien signalée dans le bulletin.
De plus, dès que l'on se laisse un peu décaler en arrière, très vite on rentre dans la TMA1 d'Evreux dont le plancher est à 450m. Elle est sous contrôle militaire de la base aérienne 105 et est généralement inactive le we mais il faut s'en assurer.
Standard de la base : 02 32 62 11 05 ou directement le controle approche : 02 32 62 11 65


 Notre trace de ce dimanche.


La même avec les espaces sauf celui d'Evreux1 pour plus de lisibilité.

Sur le dernier cliché, on constate bien que le site est en plein dans la CTR de Rouen et qu'on est quoiqu'il en soit, plafonné par les 1980m de la TMA7 de Paris (classe A). Au fond, on voit la descente du plafond par la TMA5 qui sera rapidement suivie de la 4, puis la 3, puis la 2.

Plus d'infos sur le site d'Eur'enciel : http://eurenciel.pagesperso-orange.fr/P322.html
et de Viking Vol Libre : http://vikingvollibre.free.fr/reglementevreux.htm
Pour consulter les cartes aéro, passer par le site fédéral :
http://parapente.ffvl.fr/cfd/preparer-votre-futur-vol
ou directement ici : http://carte.f-aero.fr/

samedi 18 mai 2013

Vols à Lalandelle du samedi 18 mai 2013.


Nous somme trois à partir pour Lalandelle, site de vol au sud de Beauvais. Les prévisions annoncent là-bas du NE à la limite entre 3 et 4 Beaufort. La pluie qui arrive par la sud ne devrait y arriver qu’en fin d’après-midi.
Les prévisions ont vu juste. Une vingtaine de pilotes se retrouve sur le site au cours de la journée.

Après un plouf magistral, je me laisse dériver lors d'un deuxième vol avec Tam dans un beau thermique à +4 m/s pendant quelques minutes et monter à 600 m sol dans la dérive. Je finis à 9 kilomètres plus loin ou l’abandon d’un thermique vigoureux m’a été quelque peu fatal. Un voile épais a commencé à s’installer.
Tam préfère revenir vers le déco pour repartir un peu plus tard et terminer à 5 km après un gain de 600 m.
Comme à son habitude le site délivre des accélérations de vent suivies de périodes bien plus faibles.
Sarah cumulle les heures et les reposes au sommet sous son Artik-3. Elle teste la Hook3-24 qu'elle trouve bien amortie et plutôt rapide pour une voile de cette catégorie. La repose au sommet aux oreilles marche bien malgré une réception moins douce que sans les oreilles.

Partis de Villebon-sur-Yvette à 8h45 nous arrivons sur le site à 10h30. Le vent est faible mais quelques bouffes thermiques permettent déjà de se maintenir en vol quelques minutes.
Le vent météo et et la brise de pente se mettent en place vers 11h00 et ça volait encore quand nous avons quitté le site vers 18h30 avant les premières gouttes.

A noter :
- La repose au sommet sur ce site est réputée plutôt saine.
- En local le gain maxi possible n’est que de 450 mètres au nord de la ligne électrique ( voir les cartes aéronautiques).
- En période de chasse le site est fermé certains dimanches.

Post Scriptum : Certes le message sur le Forum LesPiafsMigrateurs a été mis à point d’heure la veille au soir, mais avec cette météo de printemps 2013 qui change vite, la décision d’aller voler peut se prendre assez tardivement…

mercredi 15 mai 2013

Informations et retour d’expérience sur le site de Dourgne 81

Bonjour, a tous

Voici un petit post pour vous faire un retour sur un site de vol que j'ai pu tester ces derniers jours...
Ce sera très succinct (site officiel FFVL donc infos disponibles sur le site de notre fédé préférée) .Jean Claude  Manceau avec qui nous avons parlé de ses aventures pyrénéennes était particulièrement intéressé pour des infos sur ce site.... l'ouverture du blog me permet donc de partager avec tout le monde....

Après avoir lâchement abandonné Alain Lorgeoux et Jean Claude Manceau sous la pluie d'Annecy, j'ai pris la direction du Sud ouest....non loin de Castres dans le plus beau département de France.... Le Tarn ....
L'Aude c'est le deuxième plus beau (je ne voudrait pas me fâcher avec Sarah et en plus les départements sont limitrophes....)

Le site en question c'est : Dourgne , au pied de la montagne noire

Voici les cartes pour situer





Pour ceux qui préfèrent les images (zone bleue: atterrissage )



A savoir...

Les locaux privilégie le déco de Saint Stapin pour l'orientation NO et Capellette  pour l'orientation N-NO
bien que les deux décos soit ouvert sur NO et N-NO (c'est une question de rendement du dynamique )

L’atterrissage n'est pas à finesse à partir de la Capellette donc pour la prise de contact avec le site mieux vaut commencer avec Saint Stapin

Les  dénivelés ne sont pas impressionnants 220 et 280 m mais des départ cross de 30/40 km sont fréquemment réalisés.

Les sites ne sont pas sur-fréquentés ... exemple Dimanche 5/5/2013  temps , vent, conditions idéales ...
15 voiles max en vol (ça ne se bouscule pas et c'est tant mieux ).

Il y a quelques planeurs qui transitent (le site de vol à voile de Revel est à 15 km ) et le massif est réputé pour une convergence  quand il y a vent du NO et brise marine SE qui se conjuguent sur cet espace. Les parapentistes m'en ont parlé mais dans les faits, seuls les planeurs l'exploitent....

Plafond 1800 m à cause de la TMA de TOULOUSE

Zone d'exercices militaire (surveiller les avis) .

Les (bonnes) impressions

les décos sont herbeux et suffisamment spacieux pour prendre les air en toute sérénité...

l'attero est lui aussi spacieux et dégagé mais légerement en devers dans le sens du terrain (attention ça allonge un peu... mais les pros ne se feront pas surprendre)

On y accède
Pour la Capellette,  un chemin goudronné (200 derniers mètres chemin rocailleux )mène jusqu'au site de décollage
Pour Saint Stapin, il faut se garer devant la carrière et emprunter un chemin pédestre pour rejoindre le déco (15/20 minutes de marche athlétique )
les rotations pour Saint Stapin sont très simple  3 km de route séparent le déco de l'attero...il y toujours quelqu'un pour faire un petit détour....

Les décos ouvrent la vue sur la plaine d’Aquitaine (les jours de beau temps on voit Bordeaux ....mais non ....je galéje...par contre on voit les Pyrénées) et c'est beau....

Les locaux sont très accueillants , et m'ont bien briefés sur le site ( et voilà ce que je vous restitue ).
Il m'ont offert une bière dés la deuxième rencontre..

Deux clubs opèrent sur ce site ( les buses de la montagne noire et Rev'aile )


liens pour les clubs


http://les.buses.free.fr
http://revaile-parapente81.fr

lien pour le site

http://federation.ffvl.fr/structure/152/sites/81003 



Le vol
 
Décoller à Saint Stapin, faire 3/4 zigzag devant le déco pour gagner les 20/30 mètres qui permettent de rejoindre la carrière de calcaire sur la gauche et là...... sa monte..... tout seul...

Décoller à la Capellette faire le gain suffisant pour pouvoir transiter vers Saint Stapin
 sans s'enfermer dans la petite vallée dite de "la piscine" ou passer loin devant pour ne pas se faire happer par l'accélération à l'entrée de cette vallée....


Pour ma part j'ai pu réaliser  un vol de deux heures trente dans l'ascendance dynamique le long du relief et thermico/dynamique( ça c'est pas français...mais ça décrit plus précisément le phénomène) au dessus de la carrière.


La prochaine fois je pourrais peut être essayer les deux autres sites gérés par "les buses de le montagne noire"

Albine dans le massif
et saut de Vesole côté oriental du relief exposé au fameux vent d'autan et à la brise marine...

A plus...










mardi 14 mai 2013

Des piafs au pays de Sa Majesté


Perplexes devant la météo de nos régions en ce début des grands ponts de mai 2013, nous décidâmes une fois n'est pas coutume, d'aller chercher le soleil outre-manche.
Décision prise mardi 30 avril à 17h du boulot, départ le soir même à 21h direction Sangatte pour prendre le tunnel sous la manche.
Les sites visés sont ceux du Sussex de l'Est entre Brighton et Eastbourne. Contrairement à ce que l'on pourrait croire ce n'est pas si loin puisqu'il n'y a "que" 435 km de route + 53 km de tunnel.
Côté pratique, le tunnel c'est bien quand on est nombreux dans le véhicule puisque le coût de la traversée se fait au véhicule indépendamment du nombre de passagers. On a payé 99 euros en tout.



Eurotunnel pour les véhicules ça fait un peu design à l'époque Stalinienne...



Intérieur du wagon dans lequel on reste dans le véhicule durant les 30 min que dure la traversée.

Il y a des convois toute la nuit et lorsque le trafic n'est pas trop dense, le choix de l'horaire est assez souple. Allez savoir pourquoi, on a choisi 3h25 dans la nuit...
Une fois de l'autre côté, on a beau le savoir, ça fait quand même tout drôle de prendre les ronds-points dans l'autre sens...

 Premier petit-déjeuner Fully British avec saucisses et haricots blancs à la sauce tomate...

Le premier site vers lequel on se dirige est Bopeep orienté NE. On y arrive sous le soleil de 12h et il y a déjà pas mal d'ailes en l'air. Premier contact bref mais courtois avec les locaux et on se met en l'air avant que ça ne forcisse trop.
Bopeep c'est une longue crête de pâturages où on peut se poser un peu tout du long assez facilement sur 8km. On y volera mercredi en arrivant et jeudi en fin d'après-midi lorsque le vent aura un peu faibli.
 Le décollage de Bopeep.


Plus loin sur la crête.


Visite du décollage de High and Over exposé SE. 

Plouf du vendredi matin à Firle en NO.


Vol thermique au Mont Caburn en face de Firle.


 Le décollage conique du Mont Caburn.


L'atterro se fait entre la ligne de chemin de fer et la route en faisant très attention de ne pas survoler les habitations. C'est un site très sensible sur ce sujet.

 L'atterro.

Le vol du Mont Caburn sera le dernier de notre escapade car les prévisions annoncent un vent forcissant. On décide de rentrer vendredi soir par le Ferry histoire de changer. C'est aussi moins cher puisqu'à trois on a trouvé un billet à 32 euros véhicule compris sur MyFerryLink.


 Dernier Fish&Chips accompagné de sa pinte avant de rentrer.


Et une pinte c'est quand même presque 1/2 litre... Petite sieste sur le fameux gazon anglais avant de reprendre la route.



 L'embarquement au port de Douvres.


Le garage où contrairement au tunnel, on ne peut pas rester durant les 1h30 de traversée.


Bye bye England.

Petit bilan de la virée:
Ce qu'il faut retenir de l'Angleterre, c'est que les sites sont privés. Il faut être membre du club ou membre d'un club conventionné pour pouvoir voler. Certains clubs n'acceptent même pas les visiteurs qu'ils soient payants ou non. Le club gérant les sites que nous avons pratiqués prend 5 livres par jour aux pilotes britanniques non adhérents mais accepte gratuitement les pilotes étrangers. Ce n'est pas un dû et il faut absolument avant toute chose, aller voir le "pilot officer" du jour pour se présenter et pour qu'il vous fasse le briefing.
Le sens de la propriété semble assez différent aussi. On s'en rend compte aux panneaux qui indiquent quand le chemin est public ou quand le propriétaire autorise gracieusement le passage sur ses terres. En cas de vache, courtoisie et discrétion sont de mise...
Le coût de la vie semble sensiblement plus élevé. Les prix sont les mêmes mais en livres soit 1,34 fois plus... Faites le plein avant de venir, ça vous évitera peut-être le litre de gasoil à 2 euros.
Sinon les sites que nous avons pratiqués sont très sympas, entourés de pâturages accueillants avec pour certains du potentiel pour le cross. On y retournera mais il semble délicat d'y débarquer à tout un troupeau.

Site web du club gérant les sites que nous avons utilisés:

Exemple d'un club un peu plus loin vers Portsmouth n'acceptant pas les visiteurs: